Facette

Il y a 40 fiche(s) correspondante(s) à vos filtres .

Blogger

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Blogger est une plateforme de blogs fournie par Google. 
bf_imageblogger.jpg
Site officiel : http://www.blogger.com
Famille d'outils : Blogs
Présentation :
Pré-requis :  - Avoir une bonne connaissance de l’interface Windows ou Macintosh.
 - Savoir utiliser un logiciel de traitement de textes. 
Prise en main :
Avantages :  - Simplicité d'utilisation pour de nombreuses applications :  insertion de photos,  mise en forme, ouverture de plusieurs blogs avec un même code d'accès, édition de texte etc.
 - Grande capacité de personnalisation de l'apparence de son blog.
Inconvénients :  - Nécessité de tout paramétrer soi-même.
Licence : Logiciel propriétaire
Utilisation : Facile
Installation : Facile
BloggeR (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Doodle

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Petit outil très simple pour créer un sondage ou prendre une décision en groupe. Doodle est un outil qui permet créer un sondage en 3 clics. Soit un sondage pour trouver une date : celui qui crée le sondage définit des créneaux horaires et les participants indiquent leurs disponibilités, soit un sondage avec des choix multiples.
Site officiel : http://www.doodle.com/
Famille d'outils : Calendrier
Présentation :
Quelques applications :  - Fixer une date de réunion
 - Choisir un logo
 - Choisir un nom pour le groupe
Pour aller plus loin :  - Ne proposer que des dates où les personnes dont la présence est indispensable sont disponibles
 - Éviter de proposer trop de dates, cela dilue les réponses. Conséquence possible : la date qui a eu le plus de suffrages ne correspond qu'à une minorité du groupe
 - Fixer une date de fin du sondage
 - Attention quand on a plusieurs Doodle en cours : en tenir compte dans ses réponses
Avantages :  - Il répond parfaitement aux besoins des groupes à trouver une date commune.
 - Le fait que les participants voient les réponses des autres incitent à trouver un consensus.
 - C'est un outil très très simple d'utilisation, son introduction dans des groupes débutants peut constituer une première étape, une "petite expérience irréversible".
 - Il évite de bourrer sa boite mail inutilement chaque fois que l'on tente de fixer une date en groupe
Inconvénients :  - C'est un service en ligne, gratuit certes, mais pas un logiciel libre.
 - L'outil ne résout pas les problèmes de manque de disponibilités.
 - Ce sont les premiers qui répondent qui sont le plus avantagés.
 - Ne convient pas pour les réunions confidentielles ou les choix secrets car le sondage ou les participants sont visibles par tous
 - Problème de propriété des données entrées.
Licence : Logiciel propriétaire, Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
DoodlE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Dropbox

Auteur de la fiche : Outils-réseaux et SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction :  - Dropbox est un service de sauvegarde, de synchronisation et de partage de données, ultra simple. On télécharge un programme qui n'occupera qu'une discrète place dans la barre des taches. On lui précise un dossier sur notre ordinateur qui sera sauvegardé et synchronisé sur Internet. On s'identifie et c'est opérationnel : maintenant tout type de fichier copié ou sauvegardé dans votre répertoire de Dropbox sera envoyé instantanément sur Internet, de manière sécurisée.
 - Cela permet de synchroniser automatiquement ses données sur tous ses ordinateurs (fixe, portable, boulot) et de partager facilement des documents avec un autre utilisateur. Les fichiers sont disponibles sur le disque dur ce qui signifie que l'on peut travailler dessus même sans connexion internet.
 - La version gratuite comporte 2 Go de stockage mais la version payant permet d'étendre cette capacité.
bf_imagewww.dropbox.com_-_2012-04-06_-_08h-44m-40s.png
Site officiel : http://www.dropbox.com
Famille d'outils : Porte-documents
Présentation :
Pré-requis :  - Avoir les droits pour installer un logiciel sur son ordinateur
 - Fonctionne sur toutes les plateformes : Linux, Mac Os et Windows
Quelques applications :  - Synchroniser ses fichiers automatiquement sur tous ses ordinateurs sans avoir les problèmes de version (Laquelle est la bonne ? Celle sur mon portable ? Celle sur ma clé USB)
 - Partager un dossier et donc des documents (de toutes natures, bureautique, image,...) avec une ou plusieurs personnes
 - Pouvoir travailler sur ses documents même quand on n'a pas accès à internet
 - Pouvoir créer très facilement une galerie de photos visible par tous
 - Avoir un lieu public sur le web où déposer des gros fichiers afin de pouvoir transmettre des fichiers trop lourds pour le mail
 - Avoir une sauvegarde automatique de ses fichiers
 - Pouvoir accéder à ses fichiers depuis n'importe quel ordinateur relié au web.
Prise en main :  - Un tutoriel en image sur l'installation de Dropbox, son utilisation personnelle et le partage de fichiers
Tutoriel sur l'installation de Dropbox
Pour aller plus loin :  - La suite du tutoriel, toujours en image, sur les différentes options de partage, la mise en place d'une galerie photo ou de fichiers publics
Tutoriel sur le partage de fichiers avec Dropbox
Avantages :  - Tous nos fichiers, toujours sous la main, quelque soit l'ordinateur
 - Partager tous les formats de document possible, en temps réel, automatiquement, avec différentes personnes
 - Pouvoir travailler sur ses fichiers même si on n'a pas accès au web
 - Sauvegarder automatiquement ses fichiers
 - Dropbox conserve les dernières versions de nos fichiers, on peut donc récupérer d'anciennes versions en cas d'erreur.
Inconvénients :  - Le partage de fichier fonctionne mal quand il s'agit d'un document où plusieurs personnes travaillent en même temps ou sur la même période de temps ensemble dessus (ex. remplir un dossier à rendre dans deux jours, planning des membres du réseau) car quand deux personnes travaillent en même temps, les deux versions sont enregistrées et il faut à la main, faire les modification pour les fusionner.
Pour cet usage préférer un outil permettant les modification synchrone comme Etherpad ou Google Document
 - C'est compliqué et source d'erreur d'avoir deux comptes Dropbox sur la même machine
 - Les documents des dossiers partagés comptent sur nos 2 Go alloués
Licence : Logiciel propriétaire, Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Facile
DropboX (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Drupal

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Drupal est un système de gestion de contenu (CMS) modulaire : on peut ajouter de nombreux outils.
bf_imagedrupal.jpg
Site officiel : http://drupal.org
Famille d'outils : Gestionnaire de contenus (CMS)
Quelques applications :  - le site du réseau Ecole et Nature : http://reseauecoleetnature.org/
Prise en main : Installer Drupal 7 :

Pour aller plus loin :  Tester Drupal
Espace de testEspace d'administration
(login : admin ; mot de passe : mot2passe )


Documentation
- Fiche framasoft
 - site officiel et téléchargement
 - Documentation officielle
Avantages : De nombreux modules pour créer animer une communauté (formulaire, forums, newsletter, création de groupes...). Une relative souplesse. Possibilité de choisir une licence Créative commons pour les contenus. 
Inconvénients : Un peu complexe dans l'installation, la configuration et l'administration.
Licence : Licence libre
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Facile
DrupaL (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Débat mouvant

Auteur de la fiche : Frédéric Renier, Supagro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Le débat mouvant est un outil d'animation qui permet une prise de parole publique plus facile dans un groupe.
Famille d'outils : Animation
Présentation : Le débat mouvant (encore appelé Jeu de positionnement) est une forme de débat dynamique qui favorise la participation.
 - Un animateur raconte une histoire volontairement polémique. Il propose à certains moments clés de l'histoire aux participants de se positionner physiquement dans la salle, "ceux qui ne sont pas d'accord avec ce qui vient d'être dit d'un côté, ceux qui sont d'accord de l'autre".
 - Personne n'a le droit de rester au milieu (sans avis), le fait de se déplacer réellement pousse à choisir un camp et des arguments.
 - Une fois que tout le monde a choisi "son camp", l'animateur demande qui veut prendre la parole pour expliquer son positionnement.
 - Pour initier le débat, il peut commencer par demander qui est fortement positionné par rapport à ce qu'il vient de dire.
 - Quand un camp a donné un argument, c'est au tour de l'autre camp d'exprimer un argument. C'est un ping-pong. Mais si un argument du camp opposé est jugé valable par un participant, il peut changer de camp.
 - Quand l'animateur le choisit, il clôt le débat et poursuit son histoire jusqu'à la prochaine affirmation ou situation polémique de l'histoire et le débat reprend.
Pré-requis :  - Un minimum de participants (une dizaine)
 - Une histoire polémique dans laquelle les participants peuvent se projeter
 - Une salle avec de l'espace
 - Des affiches pour marquer les différentes zones (d'accord, pas d'accord)
 - Exposer les règles du jeu (personne n'est obligé de prendre la parole, mais tout le monde doit choisir un camp)
 - Durée de l'activité : 1h30 semble une bonne durée.
Quelques applications :  - 1.Briser la glace très rapidement au sein d'un groupe, le fait d'avoir à se positionner devient vite un jeu et contribue à la participation.
 - 2.Favoriser la participation d'un maximum de personnes, si l'animateur favorise la prise de parole de ceux qui n'ont pas encore parlé.
 - 3.Clarifier la position de chacun, donner à voir la diversité d'opinion des uns et des autres.
Prise en main :
Un exemple de débat mouvant organisé par la SCOP Le Pavé
Pour aller plus loin :  - Possibilité de collecter les arguments au fur et à mesure du débat et d'en faire une carte mentale.
 - Possibilité de donner 5 min ou plus à chaque camp pour peaufiner collectivement ses arguments
Avantages :  - Activité qui ne nécessite pas de matériel
 - Très rapide à mettre en place
 - Possible de la vivre en extérieur, ce qui aère les participants.
 - Dans cette forme le débat redevient un moment de plaisir
Inconvénients :  - Il n'y a pas de garantie que le débat "prenne"
 - Certains participants peu à l'aise en groupe ou avec la logique argumentaire peuvent se sentir exclus, cette méthode débat doit être complétée avec d'autres formes de débat en fonction du temps, des participants et des objectifs.
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
DebatMouvant (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Etherpad

Auteur de la fiche : Frédéric Renier, Supagro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Un Etherpad est un service en ligne qui permet de prendre des notes à plusieurs personnes simultanément. A une page de rédaction est associé un chat.
Etherpad est aussi un logiciel libre que l'on peut installer sur un serveur.
bf_imageetherpad.png
Site officiel : http://etherpad.org/
Famille d'outils : Communication synchrone
Présentation :
Un exemple d'utilisation en classe
Pré-requis : - connexion internet correcte
Quelques applications :
  • Prise de notes collaboratives dans une réunion. Les conséquences sur les rapports de domination dans un groupe sont importants, cet usage contribue à faire "bouger les lignes".
  • Prises de notes entre partenaires à distance en couplant le pad avec un outil de visioconférence. Cependant il n'est pas toujours aisé de partager son attention et son écran pour deux applications.
  • Suivi en direct de l'avancée d'une réunion, avec possibilité de poser des questions dans l'espace "chat".
Pour aller plus loin : Se créer un compte privé sur Framapad
En créant un compte sur Framapad.org, vous créez un espace de travail où vous
pouvez inviter des utilisateurs (dont l'accès est protégé par mot de passe), créer des pads internes au groupe ainsi formé, et avoir accès à des fonctionnalités
d'administration de vos pads : listage, archivage, téléchargement, suppression.
Un pad créé depuis un compte est donc être réservé, par défaut, aux seuls membres du compte (privé), mais il peut également être ouvert à tous comme les pads publics, ou encore protégé par un mot de passe spécifique.
Tutoriel sur l'intérêt et l'utilisation de pad privé
Avantages :
  • Le grand classique des premières expériences irréversibles de coopération
  • Très très simple d'utilisation, toute participation est directement visible par les autres, beaucoup de possibilités d'export, permet une co-rédaction en synchrone, "wysiwyg" (la mise en page se fait comme dans un traitement de textes classique).
  • Les notes prises sont plus complètes.
Inconvénients :
  • Créer un pad directement à partir de la barre d'adresse du navigateur peut constituer un obstacle méthodologique important.
  • Limité à 16 connections simultanées (information à vérifier)
  • Selon la qualité de la connexion internet l'expérience peut être totalement contre productive
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Réservé aux Jedis de l'informatique
EtherpaD (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Evernote

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Carnet de note virtuel, Evernote est un outil gratuit qui permet de mieux gérer son information au quotidien en centralisant en un seul et même lieu toutes ses données. 

L'inscription à ses services est gratuite. Il dispose également d'une version premium (donc payante) qui propose des applications avancées (1 Go par mois de téléchargement vers votre espace, accès au support technique, meilleure sécurité).
bf_imageevernote.jpg
Site officiel : https://www.evernote.com/
Famille d'outils : Bureautique en ligne
Présentation :
Pré-requis : Navigation sur Internet.
Quelques applications : Evernote offre une multitude de fonctionnalités : 

* Capturer des pages web comprenant du texte, des liens et des images.
* Stocker et archiver ses informations sous forme de prise de notes et sur un portail personnel.
* Organiser et structurer ses notes en les rassemblant par carnets et mots-clés.
* Les conserver sans limite de temps.
Prise en main : Guide de prise en main réalisé par Sylvie Roth et Frédéric Soussin, pour CRéATIF.
Avantages : Simple à utiliser, ce logiciel permet de centraliser toutes ses données via une interface bien réalisée et de les synchroniser sur ses différents appareils. Il existe pour une utilisation nomade: iPhone, iPad,  BlackBerry, Android etc.) et propose des extensions à installer dans la barre d'outils des navigateurs pour capturer directement les contenus lors de la navigation. Il offre la possibilité d'effectuer une recherche dans ses notes par mots clés, par titres ou encore par lieux. Evernote permet également de partager ses dossiers avec d'autres utilisateurs. 
Inconvénients : Il existe une version du logiciel disponible en ligne sur le Web mais également une version client du logiciel qui doit être installé sur chaque ordinateur et téléphone utilisé (Mac, Win, Android). Il ne gère pas encore les vidéos (sauf le flux d'une webcam) et est doté d'un éditeur de texte qui reste un peu limité. Enfin, la version gratuite offre seulement la possibilité de lire les bloc-notes d'un autre utilisateur et non de les éditer, l'utilisation collaborative d'Evernote est donc limitée.
Licence : Freemium
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Facile
EvernotE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Flashmeeting

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Flashmeeting, développé par l'Open University, est un service en ligne qui permet d'organiser une réunion en visio-conférence.
bf_imageflashmeeting.jpg
Site officiel : http://flashmeeting.e2bn.net
Famille d'outils : Communication synchrone
Présentation : Flashmeeting est un outils de visioconférence.
Pré-requis : Disposer :
- d'un ordinateur et d'une connexion Internet
- d'un micro-casque
- d'une webcam
Quelques applications : Réunion avec Flashmeeting : http://flashmeeting.open.ac.uk/fm/fmm.php?pwd=aaa817-6823
Pour aller plus loin : Espace de test
 - Site officiel

Documentation
 - Mode d'emploi pour l'utilisation de Flashmeeting sur le blog du pays romanais
Avantages : On visualise les différentes personnes présentes en réunions. Il y a une procédure qui permet de gérer les prises de paroles. Flashmeeting enregistre la visio-conférence et on peut la rejouer. De nombreux outils sont associés (chat et possibilité d'envoyer des documents), utiles en cas de défaillance matérielle (problèmes de son, par exemple).
Inconvénients : Pour créer une conférence, il faut ouvrir un compte auprès de l'Open University et l'interface est en anglais, il faut réserver un espace de visio-conférence avant la réunion.La procédure de prise de parole fige un peu la discussion. Ne fonctionne pas toujours sous Linux.
Licence : Licence libre
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Réservé aux Jedis de l'informatique
FlashmeetinG (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Framadate

Auteur de la fiche : Outils-Réseaux et SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Petit outil très simple pour caler une date avec un groupe ou créer un petit sondage.
bf_imageframadate.png
Site officiel : http://framadate.org
Famille d'outils : Calendrier
Présentation :
Pré-requis : accès à internet nécessaire
Quelques applications :
  • Fixer une date de réunion
  • Choisir un logo
  • Choisir un nom pour le groupe
Pour aller plus loin :
  • Ne proposer que des dates où les personnes dont la présence est indispensable sont disponibles
  • Éviter de proposer trop de dates, cela dilue les réponses. Conséquence possible : la date qui a eu le plus de suffrages ne correspond qu'à une minorité du groupe
  • Fixer une date de fin du sondage
  • Attention quand on a plusieurs Framadate en cours : en tenir compte dans ses réponses
Avantages :
  • Il répond parfaitement aux besoins des groupes à trouver une date commune.
  • Le fait que les participants voient les réponses des autres incitent à trouver un consensus.
  • C'est un outil très très simple d'utilisation, son introduction dans des groupes débutants peut constituer une première étape, une "petite expérience irréversible".
  • Logiciel libre
  • Hébergé par une association Loi 1901 : pas d'appropriation, ni de revente des données
  • Il évite de bourrer sa boite mail inutilement quand on doit caler une date à plusieurs.
Inconvénients :
  • L'outil ne résout pas les problèmes de manque de disponibilités.
  • Ce sont les premiers qui répondent qui sont le plus avantagés.
  • Ne convient pas pour les réunions confidentielles ou les choix secrets car le sondage ou les participants sont visibles par tous
  • Service en ligne maintenu par des bénévoles : al disponibilité du service n'est pas garantie
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
FramadatE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Freeplane

Auteur de la fiche : Frédéric Renier, Supagro Florac, Outils-Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction :
  • Freeplane est un logiciel libre qui s'installe en local sur le poste de travail (Mac, Windows et Linux). Il permet de créer des cartes mentales qui pourront être exportées en html sur un page web.
  • Carte heuristique est synonyme de carte mentale.
bf_imagefreeplane.png
Présentation :
  • Pour commencer une carte mentale, on place au centre le thème de réflexion. Pour chaque nouvelle idée liée à ce thème, on crée une branche et on écrit l'idée dans un nœud. Puis on développe cette branche en créant des sous branches.
  • Quand toutes les idées sont sur la carte, c'est le moment de la mettre en forme, ajouter des icônes, dessins ou images, choisir une couleur par branche. Plus la carte est mise en forme et imagée plus elle sera compréhensible et facile à retenir.
  • Pour traduire visuellement la hiérarchie des idées, on part du général (écrit en gros et au centre) au particulier (écrit de plus en plus petit au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre).
  • Les cartes mentales sont des procédés qui font travailler les deux hémisphères du cerveau en synergie. Cela permet notamment d'utiliser les processus associatifs et imaginatifs propre à la pensée. Le fait de devoir placer un concept quelque part sur la carte oblige à penser sa relation aux autres concepts.

Pré-requis : Aucun, on apprécie ou pas ce type de présentation des idées.
Quelques applications :
  • Dans un groupe la carte mentale peut aider à représenter la diversité des opinions. Elle permet notamment la représentation d'idées antagonistes.
  • Le brainstorming.
  • La rédaction d'un rapport, d'un livre, le plan d'un site web. Freeplane permet d'exporter une carte sous le format Openoffice.
  • La mémorisation
  • La rédaction de fiche de lecture
  • La gestion de projet (en utilisant par exemple la fonction avancé d'attributs et de filtres)

Pour aller plus loin :
  • Il est très avantageux de connaître les principaux raccourcis claviers du logiciel
- un livre de franck Maintenay : Mind Mapping
Transformez vos idées en projet avec Freeplane
 - Bibliothèques de cartes heuristiques
Avantages :
  • C'est un outil qui permet de représenter la complexité d'un problème.
  • Il existe de nombreuses ressources en lignes sur le sujet des cartes mentales (utilisations, exemples, trucs...)
Inconvénients : Freeplane est un logiciel qui a de nombreuses fonctions, cela peut être complexe à prendre en main.
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Facile
FreeplanE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Google Documents

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Google Docs est une suite intégrée de bureautique en ligne, gratuite. Il permet notamment de créer et éditer son travail, de rédiger à plusieurs et en même temps un document (tout en voyant toutes les modifications en temps réel) et de le stocker. En somme, de travailler en ligne de manières efficace et collaborative !
bf_imagegoogledocuments.gif
Site officiel : https://docs.google.com
Famille d'outils : Bureautique en ligne
Présentation :
Pré-requis :
  • Avoir un compte Google
  • Savoir utiliser une suite bureautique (traitement de texte, tableur, présentation)
Quelques applications : - comptabilité d'un petit projet
- écriture d'un rapport à plusieurs
Prise en main :
Avantages : - le fait que tous les fichiers soient en ligne permet un partage facile avec les autres. Très bon outil collaboratif.
- Permet de consulter tous ses documents de n'importe quel poste.
- Permet d'être sûr que le document consulté est le dernier mis à jour.
- Dispose de fonctionnalités avancées intéressantes : gestion et diffusion d'un questionnaire en ligne, exportation d'un document en PDF etc.)
Inconvénients : - La fonctionnalité tchat ne concerne que le texte. 
Licence : Logiciel propriétaire, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
GoogleDocuments (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Google Formulaire

Auteur de la fiche : SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Outil gratuit de la suite Google Document permettant de créer des questionnaires disponibles en ligne dont les résultats sont recueillis sous la forme d'une page de tableur.
bf_imagegoogle_formulaire.png
Site officiel : http://docs.google.com
Famille d'outils : Sondages
Présentation :
Si les sous-titres français ne s'affichent pas, cliquez sur CC dans la barre de contrôle de la vidéo
Pré-requis : Avoir un compte Google
Quelques applications :
  • Fiche de présentation des membres d'un réseau ou des participants à un colloque
  • Bilan d'une opération
  • Inscription à une rencontre
  • Recueil des compétences ou des besoins des membres d'un groupe
  • Création d'une carte à partir d'une liste d'adresse (fonctions avancées)

Exemples
Prise en main :

  • Un tutoriel vidéo pour créer un formulaire
Pour aller plus loin :
Avantages :
  • Simple et rapide à configurer
  • Permet de récupérer et centraliser facilement des informations, des avis venant d'un grand nombre de personnes
  • Les résultats peuvent être ensuite exporter sous un format Calc ou Excel pour des traitements plus poussés
  • Les formulaires peuvent être facilement intégrés dans un wiki ou un blog
  • Des gadgets Google permettent de traiter les résultats sous la forme de carte ou de graphiques
Inconvénients :
  • Les données sont stockées sur le serveur Google (pérennité, accès de Google à vos données)
  • Fonctionnalités de Google Document limitées pour un traitement poussé des résultats
Licence : Logiciel propriétaire, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
GoogleFormulaire (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Jing

Auteur de la fiche : Catherine Guevel
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Jing est un logiciel gratuit non libre.
Il permet tout d'abord d'effectuer des captures d'écrans de taille réglable, mais aussi un enregistrement visuel et sonore de son écran en format swf doté d'un player. La version payante permet en outre d'enregistrer des séquences vidéos ou de générer un format mp4.
bf_imagejing.jpg
Site officiel : http://www.jingproject.com
Mots clés :
Famille d'outils : Création de tutoriels
Quelques applications : Un tutoriel Médiablog réalisé avec Jing et publié sur leur site screencast.com (mais on peut aussi enregistrer la vidéo générée, la stocker sur son disque dur et la publier ailleurs) :  http://www.screencast.com/t/YzE0ZTY5ND.
Prise en main :

Pour aller plus loin : - Tutoriel d'installation et d'utilisation : http://www.commentcamarche.net/faq/9346-faire-des-captures-d-ecran-ou-video-avec-jing-project
Avantages : Simple, joli (un petit soleil jaune qui vient illuminer un coin de votre écran) et facile à utiliser. 
Inconvénients : Temps d'enregistrement limité à 5 minutes, pas d'autre format d'enregistrement que le .swf dans la version gratuite.
Licence : Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Facile
JinG (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Jog the Web

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Jog theWeb est un outil gratuit qui permet de collecter des ressources numériques, de les organiser en classeurs virtuels (jog), et de les partager en ligne. Créé à la base pour faciliter le travail des enseignants, il permet à l'utilisateur de mettre en cohérence l'ensemble de ses pages web, en les regroupant au sein d'un parcours thématique, et de les annoter d'un commentaire destiné à guider celui qui les parcourt.
bf_imagejogtheweb.jpg
Mots clés :
Famille d'outils : Porte-documents
Présentation :
Pré-requis : Navigation sur le web
Quelques applications : En résumé, Jog the Web permet  :

  •  d'organiser  très facilement ses ressources documentaires car il fonctionne exactement comme un classeur, avec un système d'intercalaires virtuels.
  • de créer de véritables visites guidées de contenus, via un parcours pédagogique.
  • de guider ou d'être guidé par les commentaires laissés sur chaque page (consignes, questions, clarification des enjeux du jog etc.)
  • de diffuser le classeur réalisé, en mode public ou privé (via un mailing list).
  • d'avoir accès aux parcours des autres utilisateurs via un moteur de recherche classique ou par le biais de catégories.
  • d'être utilisé de manière collaborative. Les destinataires pouvant communiquer, au travers de billets, sur le contenu présenté : proposer une ressource supplémentaire, faire un témoignage ou simplement poser une question.
  • de mettre enfin fin aux polycopiés qui s'entassent. 
Prise en main : L'utilisation de Jog the Web est extrêmement simple. Il suffit de récupérer les adresses URLs des documents que vous souhaitez faire figurer dans votre classeur et de les relier. Voici néanmoins une petite présentation prezi, destinée à faciliter la prise en main de cet outil :

Pour aller plus loin : Jog the Web dans  (emilielf)
Avantages : Outil très facile à utiliser qui permet une sélection de ressources ciblées et une progression dans la lecture. Possibilité de partager sa veille. Idéal pour présenter une revue de presse numérique, il est particulièrement utile dans les cas d'apprentissage, pour les enseignants/formateurs, car il fait appel à tous les modes de gestion mentale (son, image, texte). 

Une plateforme collaborative consacrée aux usages éducatifs de cet outil a d'ailleurs été créée. Baptisée Jog Educ, elle vise à encourager les échanges entre les enseignants utilisateurs de Jog the Web.
Inconvénients : Limité dans sa version gratuite.
Licence : Gratuit, Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
JogTheWeb (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Joomla

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Joomla est un CMS (système de gestion de contenu) modulaire, Open Source.
bf_imageficheoutiljoomla.jpg
Site officiel : http://www.joomla.fr
Famille d'outils : Gestionnaire de contenus (CMS)
Présentation :
Pré-requis : - Maîtriser l'utilisation d'un ordinateur et d'Internet
- Connaître les bases du langage PHP
Quelques applications :  - mondy.fr (MFR Mondy)
 - medias-cite.org
Prise en main :
Pour aller plus loin : Tester Joomla
Espace de testEspace d'administration
(login : admin ; mot de passe : mot2passe )


Documentation
 - Fiche Framasoft
 -  Cours "Installer Joomla"
Avantages : - Sa modularité : on peut ajouter de nombreuses fonctionnalités.
Inconvénients : - Sa complexité : on peut en faire une usine à gaz !
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Facile
JoomlA (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

La Curation

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
En introduction : Une nouvelle pratique s'est considérablement développée depuis 2011 au sein de la Toile et ne cesse de faire parler d'elle : la curation (ou curating). Destinée à lutter contre l'infobésité et à redonner par là-même du sens au web social, elle consiste à sélectionner des contenus en ligne d'après leur pertinence et selon un thème spécifique, à les éditorialiser et les partager.  A la différence de la simple veille documentaire qui consiste à collecter l’information et à transmettre les fruits de ses recherches, ce concept met l'accent sur l'éditorialisation. Ici, l'information est contextualisée et la subjectivité clairement revendiquée !
Présentation du concept abordé : La mission du curator

Né aux Etats-Unis, le terme de curation fait l'analogie avec la mission du curator, le conservateur de musée chargé de choisir des œuvres d’art qui seront mises en valeur lors d'une exposition. Sorte d'éditeur du web, le curateur va ainsi à sa manière orchestrer une veille sur une thématique particulière en prenant soin de sélectionner les informations qui lui semblent intéressantes, éventuellement les commenter, les valoriser et partager le tout. En somme, il s'attache à constituer une revue de presse de contenus numériques et à la diffuser  via une plateforme dédiée (Scoop.it, pearltrees, Paper.li etc.).

En vieux français, la curation désigne la guérison et son processus. En ce sens, la curation apparaît comme un remède pour faire face à la surabondance d'informations.
Résumé, traits caractéristiques : Veilleur et curateur, quelles différences ?

Le veilleur

  • 1. répond à une demande quand elle n'émane pas de ses propres besoins

  • 2. sélectionne des sources qui produisent du contenu

  • 3. peut travailler sur n'importe quelle thématique, dans la limite de ses compétences

  • 4. n'adopte pas de point de vue ou de ligne éditoriale
Le curateur
  • 1. a une attente

  • 2. éditorialise des sources pour produire du contenu qualifié et valorise l'information par la mise en avant des sujets, la mise en page des articles etc.

  • 3. est mû par un ou des centres d’intérêt et a donc souvent une thématique de prédilection.

  • 4. est volontairement subjectif
Zoom sur :
LaCuration (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Le béhaviorisme

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
En introduction : Fondé par le spécialiste de psychologie animale Watson (1913) dans le prolongement des recherches sur le conditionnement animal menées dès 1889 par le scientifique Russe Pavlov, le béhaviorisme fut développé par les psychologues américains Holland et Skinner. A partir d'expérimentations menées sur des rats et des pigeons, Skinner a tenté de démontrer que le comportement pouvait être façonné en fonction des réponses souhaitées (« reinforcement theory »). Partant du postulat que tout comportement résulte d'un apprentissage, ce courant s’attache à l'étude des comportements manifestés par l'individu. Il s’intéresse aux résultats observables (l'environnement et le comportement) plutôt qu’aux processus d’apprentissage.
Mots clés :
Présentation du concept abordé : Les connaissances sont considérées par le béhaviorisme comme une réalité externe objective que l’apprenant doit assimiler et reproduire et l'apprentissage comme le résultat d'un conditionnement qui peut prendre deux formes : le « conditionnement classique » et le « conditionnement opérant ».

Le conditionnement classique (pavlovien) consiste à déclencher un comportement « répondant » c'est-à-dire produit de manière involontaire par l'individu en réponse à un stimulus. En administrant le bon stimulus, l'enseignant(e) obtient une modification du comportement chez l'apprenant. Le conditionnement classique se base sur l'expérience bien connue du chien de Pavlov qui se déroule en trois étapes. La première étape consiste à produire un stimulus qui va déclencher par réflexe un comportement chez l'animal : lui présenter de la nourriture (« stimulus inconditionnel ») déclenche sa salivation (« réponse inconditionnée »). La seconde consiste à émettre un son de cloche (« stimulus neutre ») précédant à chaque fois la présentation de la nourriture. La troisième étape se caractérise par l'obtention du résultat souhaité : après une certaine quantité de répétitions de ces séances le son de cloche déclenche par lui-même la salivation (« réponse conditionnée ») chez le chien.

Le conditionnement opérant consiste quant à lui à produire un comportement volontaire à l'issue de l'apprentissage. Ce comportement s'effectue au travers de variables de contrôle : « le renforcement positif », « la punition positive », « le renforcement négatif » et « la punition négative ».
Résumé, traits caractéristiques : Le mode de travail pédagogique sur lequel est basé le courant béhavioriste est un mode réactif. L’apprenant est perçu comme un réceptacle dans lequel l’enseignant déverse ses informations. Il écoute, observe et tente de reproduire ce que lui dispense l'enseignant qui est celui qui possède le savoir. L'apprentissage repose ainsi principalement sur l’exposé magistral, la pratique répétée et le découpage en petites unités logiques de l'enseignement afin de faciliter la mémorisation des savoirs et savoir-faire.
LeBehaviorisme (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Le constructivisme et le socio-constructivisme

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
En introduction : Reprenant le concept d’assimilation/accommodation cher aux cognitivistes, le courant  constructiviste l'a dépassé en démontrant que ce processus était en réalité le fruit d'une interaction sociale dans laquelle l’apprenant était co-auteur de l’acquisition de son savoir.  C'est ici son implication qui est le moteur même de l'apprentissage.  Le représentant principal de ce courant est Jean Piaget (1896-1980), un psychologue, biologiste, logicien et épistémologue suisse qui centra son étude sur le développement des habiletés de la pensée et du raisonnement du cerveau humain. Sa contribution majeure fut d'expliquer comment se structurent les connaissances et les compétences par le sujet. 
Mots clés :
Présentation du concept abordé : Cette pédagogie est centrée sur le sujet. L'apprentissage est considéré comme le résultat d’une construction des savoirs par étapes successives dont le moteur est la participation active de l'apprenant. C'est l'élève qui apprend par l'intermédiaire de ses représentations, elles-mêmes issues de ses expériences antérieures. Les conceptions initiales ne sont pas seulement le point de départ et le résultat de l'activité, elles sont au cœur du processus d'apprentissage. Contrairement au béhaviorisme, l'enseignant ne peut pas déverser la connaissance dans la tête de l'apprenant comme il le voudrait. Son rôle consiste à soutenir ce dernier dans une recherche de sens en lui posant des questions, en stimulant sa curiosité, en l'amenant à manipuler des représentations externes et en facilitant la construction collaborative des connaissances. 

Lev Vygotski (1896-1934), avec son concept de « Zone Proximale de Développement » (ZPD), a  attiré l'attention sur le rôle fondamental de l'enseignant(e) dans la progression de l’élève. La ZPD représente tout ce que l’élève peut maîtriser quand il est guidé et aidé par une personne compétente, dans un processus collaboratif. Le rôle de l’enseignant consiste ainsi à guider l’apprenant « vers de nouveaux développements de ses connaissances et surtout de lui-même, comme personnalité ». Ce qui différencie principalement les théories de Piaget de celles de Vygotski est le rôle central que ce dernier accorde aux interactions sociales et au langage. Ce concept va donner naissance au socio-constructivisme, courant qui valorise une pédagogie active et non directive et qui s'articule autour d’activités collaboratives.  
Résumé, traits caractéristiques : Le courant constructiviste représente aujourd'hui la base de référence théorique commune en matière de technologies éducatives. Il est considéré aux Etats-Unis comme le plus à même d’accompagner les transformations scolaires attendues. Linard, citée par Chaptal (2003), résume le point de vue communément admis entre TIC et pédagogie : « le modèle behavioriste est dépassé, le modèle cognitiviste en voie de dépassement et le constructivisme non encore épuisé ». Sur le plan des technologies, ce courant a conduit au développement d’applications riches et multiples que Marcel Lebrun récapitule :  « partir des expériences concrètes (vidéos, étude de cas, forums …), fournir des outils de réflexion (rappels des connaissances intérieures, grilles d’analyse, questionnaires…), présenter des modèles dynamiques (logiciels de simulation, de modélisation, tableaux de synthèse,…), fournir l’occasion d’appliquer les connaissances acquises dans différents contextes, à la résolution de problèmes variés (études de cas, projets, problèmes, feedbacks, …) ».
LeConstructivismeEtLeSocioConstructivisme (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Le rationalisme ou cognitivisme

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
En introduction : A l'inverse du béhaviorisme, le courant cognitiviste, qui s'est développé de la fin des années 50 aux années 70, s'est attaché à analyser les processus internes de l’apprentissage et à mettre l'accent sur la connaissance. Il porte sur l'étude des processus mentaux et s’intéresse à la manière dont l'information est reçue, traitée et transposée par les apprenants. Pour les cognitivistes, la réponse du sujet à un stimulus n’est pas automatiquement fonction du stimulus lui-même mais de « l’interprétation » que l'apprenant en a faite. Les connaissances sont une réalité externe que le sujet doit intégrer à ses schémas mentaux et réutiliser.
Mots clés :
Présentation du concept abordé : L'apprentissage est ici perçu comme le processus par lequel « se développent, se transforment et s’acquièrent les structures et les capacités cognitives individuelles du sujet au travers de ses actions sur l’environnement ».  Il est considéré comme réalisé lorsqu’un changement des structures mentales est observé. Il repose sur trois concepts majeurs :




- les schèmes, structures mentales par lesquelles l'individu organise son environnement ;
- l'assimilation qu'Alain Chaptal décrit comme « le processus cognitif par lequel un apprenant intègre de nouvelles informations et expériences dans les schèmes existants » ;
- l’accommodation qui « conduit à enrichir les schèmes sans en changer la structure ».
Résumé, traits caractéristiques : Le courant cognitiviste est tourné vers un mode de travail pédagogique proactif au sein duquel les apprentissages s'axent sur les manières de penser et de résoudre des problèmes. Tout le rôle de l'enseignant consiste ici à recourir à des méthodes et des médias pour faciliter l'assimilation et la mémorisation de l'information par l'apprenant : simulation, modélisation, résolution de problèmes etc. Les technologies trouvent toute leur place dans ce modèle pédagogique car elles représentent autant de supports pour aider à l’élaboration de ces stratégies mnémoniques : sélection et traitement rationnel de l’information, utilisation de schémas organisateurs pour former des images mentales significatives (par exemple les cartes heuristiques qui sont de plus en plus utilisées dans le système scolaire) etc.
LeRationalismeOuCognitivisme (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Les standards

Auteur de la fiche : Mathilde Guiné, Outils Réseaux
En introduction : Pourquoi des standards ?

 - Pour permettre aux outils de communiquer entre eux ! 

 - Et importer des données d'un logiciel à l'autre, d'une plate-forme à une autre et entre utilisateurs.

 - Le Web, outil du partage et de l'interconnexion de données par définition, ne fonctionne que si des standards sont respectés.
bf_imagestandards.jpg
Présentation du concept abordé : Distinction entre standard et norme (le terme est le même en anglais)

 - pour créer une norme, il suffit d'en décrire les principes, en se préoccupant seulement du fait que ces utilisateurs la respectent, sans se préoccuper du fait que le nombre de ses utilisateurs soit grand.

 - une "norme" devient un "standard" lorsque "tout le monde" l'utilise.

Résumé, traits caractéristiques : Définition légale en France

La loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour « la confiance dans l'économie numérique » définit ainsi l'ouverture des formats :

« On entend par standard ouvert tout protocole de communication, d'interconnexion ou d'échange et tout format de données interopérable et dont les spécifications techniques sont publiques et sans restriction d'accès ni de mise en œuvre. »

Exemples de formats standards
    - HTML
    - RSS
    - Ical
    - CSS
    - PNG
    - PDF 
    - RTF
Pour aller plus loin : - Norme de métadonnées
- Site officiel du W3C
LesStandards (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Les œuvres libres

Auteur de la fiche : Daniel Mathieu et SupAgro Florac
En introduction : Dans de nombreux pays (dont la France et les Etats-Unis) à partir du moment où une oeuvre de l'esprit est créée, le droit d'auteur s'applique automatiquement, protégeant l'oeuvre et son auteur. 
Ainsi toute personne souhaitant diffuser, publier, modifier l'oeuvre doit en demander l'autorisation à son auteur, qui lui accordera, ou non, de manière gratuite ou onéreuse.
Les licences libres sont des textes juridiques "prêts à l'emploi", permettant au créateur de donner plus de droits à d'autres personnes sur son oeuvre, sans forcément avoir de connaissances juridiques particulières.
Présentation du concept abordé : Loin d'ignorer les droits de l'auteur, les "licences libres" les reconnaissent et les protègent !

Alors que l'usage habituel du droit de la propriété littéraire et artistique conduit à restreindre l'accès du public aux œuvres, les "licences libres" ont pour but de le favoriser. En effet, tous les créateurs d'oeuvre ne sont pas hostiles à la diffusion de leurs oeuvres. Au contraire même, un certain nombre souhaite que leurs oeuvres puissent être diffusées largement (musique, photographie,...) et même modifiées, améliorées ou personnalisées (cours, article, logiciel,...). Or par défaut (en droit français et dans de nombreux droits), les oeuvres de l'esprit sont protégées de la manière la plus stricte afin de proposer la plus grande protection possible aux auteurs.
Les licences libres permettent donc aux auteurs qui le souhaitent, et sans connaissances juridiques particulières, de "libérer" leurs oeuvres afin de faciliter leur diffusion, tout en les protégeant, car ces licences restent opposables dans le droit national de l'auteur.

Comment "libérer" une œuvre ?

En associant à l'œuvre un contrat d'utilisation (licence) pour, selon la licence choisie :
 - autoriser tous les utilisateurs à reproduire et diffuser l'œuvre librement, sans autorisation
 - permettre de modifier l'œuvre initiale
 - autoriser ou non un usage commercial de l'œuvre
 - obliger toute personne modifiant son oeuvre à diffuser la nouvelle oeuvre selon la même licence
Résumé, traits caractéristiques :

Les oeuvre libres, pour quoi faire ?

 - faciliter la diffusion des connaissances
 - créer des biens communs
 - autoriser la collaboration pour faire évoluer une œuvre, un logiciel

Du logiciel libre

 - Issu de l'expérience de Linux (30 millions de lignes de programmes collaboratives)
 - étendue à de nombreux logiciels sur le net : système LAMP (Linux, Apache, MySql, Php), Open Office...
 - Plusieurs licence possibles : BSD, GNU/GPL, CeCILL (Cea, Cnrs, Inria)
 - Les sources du logiciel doivent être libre d'accès : serveur spécifique (CVS)
 - La GPL Impose de transférer aux logiciels dérivés les mêmes droits que ceux du logiciel initial ; la GPLL ne l'impose pas. 

D'autres licences libres

 - Licence art libre : licence applicant le domaine du Copyleft dans l'art. Cette licence autorise la diffusion, la modification sous réserve que l'oeuvre modifiée soit sous la même licence
 - Licence information publique librement réutilisable : en France, permet la diffusion, la réutilisation de données publiques, de manière commerciale ou non.  Toutes les données publiques ne sont pas encore sous cette licence
Zoom sur :

Les licences Creative Commons

Système de licences libres, multilingue offrant un panel de solutions adaptées à toutes les œuvres. Elles ont été adaptées en droit français par le CERSA (dépendant du CNRS)
Les choix possibles :
  - Autorisez-vous les utilisations commerciales de votre création ?
  - Autorisez-vous les modifications de votre création ?
  - Si oui, à la condition que les créations dérivées soient partagées selon les mêmes conditions que la création initiale
Il suffit d'apposer le logo correspondant à la licence choisie pour que l'oeuvre soit protégée.
Pour choisir la licence et recupéré le logo correspondant : http://creativecommons.org/choose/?lang=fr http://creativecommons.org/
Pour aller plus loin :

Où trouver des oeuvres libres ?

Utiliser des oeuvres libres (en respectant leur conditions de licence) c'est à la fois respecter le travail des créateurs et participer à la démarche. En pratique :
 - Images, vidéo, sons : http://search.creativecommons.org/ ou http://commons.wikimedia.org/
 - Logiciels : http://www.framasoft.net/
 - Google Image, Flickr, Youtube : en cliquant l'option dans la Recherche avancée.



Webographie

 

Bibliographie

 
LesuvresLibres (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Le télétravail

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
En introduction : Le télétravail est un phénomène en constante évolution. Il se définit comme "une forme d'organisation ou de réalisation du travail qui utilise les technologies de l'information, dans le cadre d'une prestation de service ou d'une relation d'emploi, et est effectué hors des locaux du donneur d'ordre ou de l'employeur de façon régulière (à domicile, de façon nomade ou dans un télécentre)" (wikipédia).

Il recouvre plusieurs formes : chez soit, dans un centre de télé-travail # Nomade (déplacements fréquents) / salarié # indépendant / régulier # ponctuel. Et trois statuts : salarié d’une entreprise / indépendant : enregistré au registre du commerce avec un numéro de SIRET : entreprise individuelle, EURL, SARL, .../ portage salarial (solution alternative).


Tous les métiers dans lesquels l’ordinateur est devenu un outil de travail, peuvent être exercées dans le cadre de l’une ou l’autre des formes d’exercice du télétravail (iinformatique, communication, marketing, juridique, services après vente etc.)
bf_imagecontenuteletravailbis.gif
Mots clés :
Présentation du concept abordé :
Résumé, traits caractéristiques :
1. Pour le télé-travailleur

 - Amélioration de la qualité de vie
  - choix du lieu d'habitation
  - gestion du temps
 - Développement de la motivation : autonomie dans la gestion du travail, une implication différente dans le travail
 - Amélioration de la concentration (limitation des nuisances sonores) et donc de l'efficacité
2. Pour l'entreprise
 - Accroissement de la productivité
  - plus de motivation : gestion par les résultats, autonomie, responsabilisation des salariés
  - accroissement du temps réel travaillé et diminution des retards
  - réduction du stress et de la fatigue des salariés et donc des arrêts de travail pour maladie
  - renforcement de la réactivité
 - Diminution des frais de fonctionnement : locaux
 - Pacification des relations sociales par l'amélioration de la qualité de vie des salariés
3. Pour l'environnement
 - diminution des transports
 - diminution de l'hyper-concentration dans les centres urbains

"Un calcul rapide montre que si 15% de la population active se mettait au télétravail deux jours par semaine (ce qui est en pratique assez réaliste), l’émission de gaz carbonique dans l’atmosphère en serait diminuée de 20 à 30 millions de tonnes par an (l’équivalent de 6 à 8 centrales nucléaires)" (déclaration d'Autrans 2008).
Zoom sur :

LeTeletravail (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Le Web 2.0

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
En introduction : Le web 2.0 est un terme inventé en 2004 par Dale Dougherty de la société O’Reilly Media et popularisé en 2005 par Tim O’Reilly. Dans un article intitulé Qu’est-ce que le web 2.0 ?, ce dernier redéfinit Internet non plus comme un simple média mais comme un support à l'intelligence collective. Véritable révolution qui place l’utilisateur au coeur du web et marque un retour aux fondamentaux pour certains, vaste escroquerie marketing pour d'autres, ce concept recouvre des sens et des réalités bien différents.

Pour les utilisateurs, il est synonyme d'outils plus participatifs, que l'on peut s'approprier. Pour les développeurs, de formats, de standards, de technologies qui permettent de relier les systèmes. Dans la vision marketing, il recouvre la notion de services au sein desquels les utilisateurs créent le contenu ainsi que de modèle économique où la gratuité est la règle.
bf_imageweb20.jpg
Mots clés :
Présentation du concept abordé :
Résumé, traits caractéristiques : Collaboration, interaction, échange et évolutions technologiques figurent parmi les maîtres mots du web 2.0.

1. La participation renforcée des internautes (blogs, wiki, tags,...)




  • Le web devient un média social, voire « citoyen » où tout le monde peut devenir auteur ( WikiPedia).
  • La production de contenus web est démocratisée grâce au développement de technologies : blogs, wikis, podcasts, photos et videos numériques, etc), à la généralisation du haut débit et à l’émergence d’une nouvelle génération d’internautes natifs du numérique.
2. Des frontières abolies 



Le web 2.0 fait disparaître les frontières : les sites et services ne sont plus des îlots informationnels séparés. Ils communiquent entre eux et autorisent de multiples re-combinaisons : 
  • entre applications (inter-opérabilité, combinaison d'applications...) : calendriers, cartes...
  • entre médias (ordinateur,téléphonie, lecteur audio,vidéo, Internet), avec l'avènement du Web comme canal principal
3.L’amélioration des interfaces



Les interfaces deviennent plus ergonomiques grâce à une simplification des actions : moins de clics (« glisser/déposer »), plus de confort (enregistrement automatique des modifications), cf netvibes.com.





4. La webisation des applications de bureau




Les applications traditionnelles désertent bureau local (desktop) pour rejoindre le bureau web (webtop). Expl : « Office live » de Microsoft
5. Un secteur instable




Les sites et services se réclamant du web 2.0 ne cessent d'augmenter. Les services sont gratuits ou accessibles à des coûts très réduit. La grande majorité des entreprises proposant des services 2.0 ont ainsi moins de 24 mois...
Zoom sur :
Dans le domaine de l'Education



Dans le champ de la veille documentaire


Serge Courrier - Quels usages... par Inist-Cnrs
LeWeb20 (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

LimeSurvey

Auteur de la fiche : Outils Réseaux et SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Logiciel libre pour la création de formulaires et d'enquêtes. Le grand frère de Google Formulaire : + de possibilité et d'option mais demande plus de temps de prise en main.
bf_imagelimesurvey.png
Site officiel : http://www.limesurvey.org/fr
Famille d'outils : Sondages
Présentation :
  • Présentation en anglais
Pré-requis :
Quelques applications :
  • Fiche de présentation des membres d'un réseau ou des participants à un colloque
  • Bilan d'une opération
  • Inscription à une rencontre
  • Recueil des compétences ou des besoins des membres d'un groupe
  • Sondage d'opinion
Pour aller plus loin :
Avantages :
  • Permet de récolter des données, des avis, très facilement et sous un format facilement traitable (beaucoup moins lourd à traiter qu'un formulaire papier)
  • De nombreuses options permettant de personnaliser son formulaire
  • Logiciel libre, les données recueillies sont sur le serveur (on ne les "donne" pas à Google)
  • Pas de limitation du nombre de participants
  • Possibilité d'exporter les résultats sous un format Calc ou Excel
Inconvénients :
  • Doit être installé sur un serveur
  • Ergonomie demandant un temps de prise en main
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Réservé aux Jedis de l'informatique
LimesurveY (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Logiciels Libres et Développement Durable

Auteur de la fiche : David Delon, Florian Schmitt, Outils Réseaux
En introduction : Quelles solutions peut apporter le logiciel libre pour aller vers un développement durable ?

Points abordés:
Présentation de la philosophie et du mode de fonctionnement des logiciels libres
Présentation du concept de développement durable.
Le logiciel libre est il vivable, viable et équitable?
Mots clés :
Présentation du concept abordé : Imaginons un monde où :
       - les tartes aux fruits ne sont disponibles que toutes prêtes
       - pas de recette de tarte aux fruits disponible
       - personne ne souhaiterait obtenir les recettes 

Ce monde existe : le monde du logiciel depuis le début des années 80. (Ce monde existe également dans le domaine médical ou agronomique).

Au contraire dans un autre monde, on peut :

   - lire, comprendre, réaliser une recette
   -  modifier une recette (tout en indiquant où ont été faites les modifications)
   - redistribuer une recette modifiée, en donnant le droit à quiconque de la modifier à son tour

Ce monde existe, c'est le monde du Logiciel Libre.

Et en plus avec le logiciel, on dispose à la fois de la farine, du beurre, du lait, des oeufs, des fruits, du saladier, du rouleau à pâtisserie et du four.
Résumé, traits caractéristiques : Des libertés fondamentales :

  - de lire, comprendre, compiler, utiliser un code source
  - modifier le source
  - partager ses modifications avec les mêmes droits que l'original

Garanties par des licences  (GPL, Cecill).

Histoire 

First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win. Mohandas Gandhi

 - 1984 : Démarrage du projet GNU (Gnu is not Unix) : outils système libres pour les développeurs
 - 1990 : Des outils finalisés mais pas de plateforme libre pour les faire fonctionner
 - 1991-1994 : émergence de Linux, développé par un étudiant finlandais, Linus Torvalds.
 - 1993 : Société commerciale distribuant linux
 - 1997 : Premières réflexions sur le fonctionnement de la communauté du libre (Cathédrale et le bazar).
 - 2000 : Grands constructeurs informatiques assurant le support de linux (Ibm, Hp ...)
 - 2002 : Premières distributions Linux orientées grand public (Mandrake,  SuSe, ...)
 - 2001-2005 : Open Office (Suite bureautique), Projet Mozilla (Navigateur), GIMP, Applications Web (CMS, Wiki)
 - 2006 : développement des interfaces 3D pour linux : avancée unique dans le domaine des ordinateurs personnels.

Actuellement: les logiciels libres forment un système complet, utilisables dans presque tous les domaines.

Avantages pratiques du Logiciel Libre

  Ouverture : accepter tout format d'échange, sur tout support.
  Pérennité : possession du code source induit la maîtrise de son évolution.
  Sûreté : bugs rapidement corrigés par la communauté.
  Souplesse : adaptation possible à des besoins particuliers.
  Autonomie : communautés d'utilisateurs pouvant s'entraider
  Faible coût : accessible pour le prix d'un cd-rom ou par internet
Zoom sur : Linux : un exemple complet de système libre 

Linux, chef d'orchestre :

   - se produisant en tout lieu  : station de travail, serveur internet, assistant personnel.
   - dirigeant tout type d'instrument :
         - Applications systèmes (infrastructure Internet)
         - Utilitaires (traitement de texte, tableur, messagerie, navigateur, traitement des images...)
         - Applications métiers :
               - Gestion de bibliothèque (Pmb)
               - Formation à distance (Ganesha)
               - Gestion activité médicale (Medintux)
               - Commerce en ligne (Oscommerce)
               - ...

Et la totalité du code source et le droit de  modifier et  redistribuer.
Pour aller plus loin : Accès au cours complet sur ce sujet.
LogicielsLibresEtDeveloppementDurable (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Moodle

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Moodle est une plateforme d'apprentissage en logiciel libre constituant un outil très puissant. Créée pour concrétiser les concepts de "formation Socio-constructiviste", Moodle est une plate-forme modulaire (il existe plus de 200 modules additionnels) qui offre de très nombreuses possibilités (présentation, format des parcours de formation...). Heureusement, il existe une vaste communauté d'utilisateurs de Moodle et la documentation est très abondante. Très au fait des nouvelles tendances pédagogiques comme technologiques, la communauté de Moodle s'intéresse aussi au Portfolio, au standard RSS, au Podcasting ou balladodiffusion. Moodle permet à l'enseignant de rapidement recréer un cours.
bf_imagemoodle.jpg
Site officiel : http://moodle.org/
Mots clés :
Famille d'outils : Animation
Présentation :
Quelques applications : - Plateforme pédagogique de l'Université Lille 1 :
http://moodle.univ-lille1.fr

- Plateforme pédagogique de l'Université de Provence :
http://moodle.univ-provence.fr/moodle/
Prise en main :
Pour aller plus loin : Espace de test : Espace test

Documentation
  - documentation Moodle
  - fiche Framasoft

Téléchargement : Moodle
Avantages : Offre de très nombreuses possibilités, très au fait des nouvelles tendances pédagogiques, une grosse communauté d'utilisateurs.
Inconvénients : Son point faible est lié à ce foisonnement, la prise en main n'est pas automatique. 
Licence : Licence libre
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Ne s'installe pas
MoodlE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Netvibes

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Netvibes est un service en ligne qui permet de créer un portail réunissant des flux RSS (il y a d'autres fonctionnalités, mais c'est la plus intéressante) : à titre personnel (veille, suivi) ou pour un groupe, projet ou territoire.
bf_image400px-netvibes_logo.svg.png
Site officiel : http://www.netvibes.com
Mots clés :
Famille d'outils : Outils de veille
Présentation :
Prise en main :
Netvibes
View more PowerPoint from Lorient
Pour aller plus loin : Espace de test : Site officiel




Documentation :
 - Présentation et tutoriel par Frédéric Soussin (projet ADN - Créatif)
 - Rechercher, collecter et partager des informations en ligne avec Netvibes (Utilisation de Netvibes dans un CDI)
Avantages : - Permet de créer un portail très ouvert et actualisé pour un groupe, un territoire. Permet de se créer un bureau personnel en ligne où centraliser sa veille.
Inconvénients : - C'est un service en ligne (y a-t-il pérennité des données ?), il faut se créer un compte.
Licence : Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
NetvibeS (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Pearltrees

Auteur de la fiche : Frédéric Renier, Supagro florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Pearltrees permet d'organiser ses signets sous forme d'arbre. Il permet de partager ses favoris internet sur le web. Il permet de bénéficier de la veille d'autres internautes mais aussi d'organiser des groupes de veille collaboratives.
bf_imagepearltrees.png
Site officiel : http://www.pearltrees.com
Famille d'outils : Outils de veille
Présentation :
Pré-requis : Compétences
  • savoir naviguer sur le net
  • savoir installer une extension dans son navigateur
Technique
  • lecteur flash sur son ordi
Quelques applications :
  • Partage de signets web
  • Veille collaborative
  • Bookmarking social
  • Organiser ses signets
Prise en main :
Avantages :
  • présentation originale
  • lié à Twitter et Facebook
  • génération de widgets
Inconvénients :
  • on ne peut pas importer ou exporter ses données
  • pas de flux RSS 
Licence : Logiciel propriétaire, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
PearltreeS (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Prezi

Auteur de la fiche : Outils-Réseaux et SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Prezi est un logiciel de création de présentation en ligne. Sa particularité, par rapport aux logiciels de présentation classique type Impress ou Powerpoint est que le déroulé de la présentation n'est pas linéaire. L'ensemble de la présentation Prezi est sur un seul et même espace, on accède aux élements en zoomant et dézoomant.
bf_imageprezi.png
Site officiel : http://www.prezi.com
Mots clés :
Famille d'outils : Animation
Présentation : Un exemple : un cours sur la coopération de Jean-Michel Cornu

Pré-requis :
  • Se créer un compte Prezi
  • Avoir une connexion Internet
  • Avoir un logiciel de lecture au format Flash installé (pour éditer son Prezi)
Quelques applications :
  • Présentation d'un projet, en présence ou à distance
  • Création d'un support de cours ou d'un didacticiel disponible en ligne
  • Création d'une présentation à plusieurs à distance
Prise en main : Tutoriel de la création du compte à la création de son Prezi (attention la création d'un compte de type Edu présenté dans ce didacticiel n'est possible que pour les enseignants et étudiants)

Avantages :
  • Des présentations plus dynamiques !
  • Bien adapté à une présentation dans une logique d'attention (j'adapte le déroulé au public). Cette notion s'opposant à la logique d'intention : j'amène mon public du point A au point B
  • Permet une organisation du propos sous la forme d'une carte heuristique comme sous une forme linéaire
  • Présentation téléchargeable et donc présentable sans avoir internet
  • La présentation téléchargée est auto-executable, il n'y a pas besoin d'un logiciel installé pour pouvoir la présenter.
  • On peut accèder à ses présentations depuis n'importe quel ordinateur relié à Internet
  • Permet l'édition à plusieurs, en mode synchrone ou asynchrone
Inconvénients :
  • Dans sa version gratuite, la création ne se fait qu'en ligne
  • Attention à l'effet "mal de mer" par abus des effets de rotation
  • Interface tout en anglais
  • Dans la version gratuite (hors éducation) toutes les présentations sont visibles en ligne, il n'y a pas d'espace privé
Licence : Logiciel propriétaire, Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
PrezI (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Propriété intellectuelle

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : La propriété intellectuelle est l'ensemble des droits exclusifs accordés sur les créations intellectuelles. Elle est composée de deux branches :
  • la propriété industrielle qui regroupe les créations utilitaires (brevets d'invention) et les signes distinctifs (marque commerciale, appellation d'origine)
  • la propriété littéraire et artistique qui s'applique aux œuvres de l'esprit et comprend le droit d'auteur (ou copyright aux États-Unis) et les droits voisins (droits des interprètes)
Présentation du concept abordé :

La propriété industrielle

Trois modes de protection :
  • brevets
  • marques
  • dessins et modèles
Pour être protégés, les brevets d'invention, les marques et les modèles doivent :
  • ne pas avoir été précédemment divulgués
  • faire l'objet d'une procédure de dépôt auprès de l'INPI
  • la protection dure pendant 20 ans, sous réserve de payer les droits de maintien
Il est possible d'utiliser les technologies sous brevet ou les marques protégées sous réserve de payer une licence aux ayants-droits

La propriété littéraire et artistique

  • droit d'auteur : protection des œuvres de l'esprit de toutes natures (texte, musique, théâtre, œuvre graphique, plan...). Les titres des oeuvres sont aussi protégés, sous réserve d'originalité
  • droits voisins : relative aux interprètes et producteurs (musicien ou chanteur interprétant une œuvres qu'il n'a pas créé, producteur de disque,...)
  • bases de données : listes ou collections d'informations organisées. C'est la structure de la base qui est protégée.
En d'autres termes, une œuvres est protégée par la loi du seul fait de son existence en France (mais aussi aux États-Unis). Sans que l'auteur n'ait la moindre démarche à faire, le droit d'auteur s'applique à son œuvres.
Résumé, traits caractéristiques :

La nature de l'œuvre

  • L'œuvre est réputée créée, indépendamment de toute divulgation publique, du seul fait de la réalisation, même inachevée, de la conception de l'auteur. (Extrait du Code de La propriété Intellectuelle français)

Des limites :
  • l'auteur doit pouvoir prouver l'authenticité de sa création pour assurer sa protection (# usurpation). C'est pourquoi, le dépôt de l'œuvre auprès d'une instance reconnue (SACEM, etc...) permet de renforcer la protection de l'œuvre (au delà de la protection légale de base) en permettant d'établir l'authenticité de sa création.
  • une œuvre doit être empreinte de la personnalité de l'auteur qui l'a réalisée. Ainsi le droit d'auteur ne s'applique pas au recensement de données objectives : descriptions naturalistes, données, bibliographie,...
  • une œuvre doit faire preuve d'originalité (# plagiat)
  • les idées, les principes, les concepts ne sont pas protégés par le droit d'auteur (par exemple E=mc²)

Des exemples : livres, œuvres théâtrales, conférences, compositions musicales, œuvres cinématographiques, peintures, dessins, photographies, illustrations, cartes géographiques, plans, croquis, logiciels (sous certaines conditions), etc...
Zoom sur :

Les droits de l'auteur

Le droit d’auteur est l’ensemble des prérogatives exclusives dont dispose un créateur sur son œuvre de l'esprit originale.

Pour approfondir ce sujet, un diaporama très détaillé qui décrit différentes facettes du droit d'auteur  :

Michèle Battisti : Droit d'auteur et enseignement supérieur
Pour aller plus loin :

Les œuvres collectives

L'article L 113.2 du code français de la PI reconnaît trois types d'œuvres collectives :
  • Est dite de collaboration l'œuvre à la création de laquelle ont concouru plusieurs personnes physiques. Chaque contribution pouvant être identifiée. Exemple : ouvrage de compilation
  • Est dite composite l'œuvre nouvelle à laquelle est incorporée une œuvre préexistante sans la collaboration de l'auteur de cette dernière. Exemple : traduction d'un ouvrage
  • Est dite collective l'œuvre créée sur l'initiative d'une personne physique ou morale qui l'édite, la publie et la divulgue sous sa direction et son nom et dans laquelle la contribution personnelle des divers auteurs participant à son élaboration se fond dans l'ensemble en vue duquel elle est conçue, sans qu'il soit possible d'attribuer à chacun d'eux un droit distinct sur l'ensemble réalisé. Exemple : ouvrage édité par une association.

Titulaires du droit d'auteur (Articles L 113.3, 4 et 5 du code français de la PI)
  • L'œuvre de collaboration est la propriété commune des coauteurs
  • L'œuvre composite est la propriété de l'auteur qui l'a réalisée, sous réserve des droits de l'auteur de l'œuvre préexistante
  • L'œuvre collective est, sauf preuve contraire, la propriété de la personne physique ou morale sous le nom de laquelle elle est divulguée

Aller plus loin encore

Accès au cours entier "Propriété intellectuelle"

Ressources externes

ProprieteIntellectuelle (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Qu'est ce qu'un réseau coopératif ?

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
En introduction : Définition :

- Un ensemble d’acteurs  indépendants les uns des autres # Des acteurs appartenant à une seule organisation
  • Une appartenance fondée sur des compétences, valeurs ou objectifs communs # Une appartenance fondée sur des liens juridiques
  • Des relations de coopération libres et volontaires. # Des relations de travail contraintes ou de collaborations prescrites
  • Des contributions réciproques, une valeur ajoutée collective # L’exercice d’une fonction selon une fiche de poste
  • Des relations alternant distanciel et présenciel # Une communauté de lieu et de temps
bf_imagefonctionnementreseau.gif
Présentation du concept abordé :  Un réseau coopératif : Ce que c’est…Ce que ça n’est pas… 

 - Un ensemble d’acteurs  indépendants les uns des autres # Des acteurs appartenant à une seule organisation
 - Une appartenance fondée sur des compétences, valeurs ou objectifs communs # Une appartenance fondée sur des liens juridiques
 - Des relations de coopération libres et volontaires. # Des relations de travail contraintes ou de collaborations prescrites
 - Des contributions réciproques, une valeur ajoutée collective # L’exercice d’une fonction selon une fiche de poste
 - Des relations alternant distanciel et présenciel # Une communauté de lieu et de temps

Définitions proposées par Bruno Vincenti
Résumé, traits caractéristiques : Le Réseau, frontière entre l’ordre et le chaos

  • Systèmes ordonnés : administrations, grandes entreprises…
-> Systèmes finalisés, mais lourds et souvent peu dynamiques

  • Systèmes chaotiques : ultra libéralisme, chaos politique…
-> Systèmes très actifs, non maîtrisables, fondés sur l’individualisme

  • Système en réseau : communautés de pratiques
-> Systèmes finalisés, mais dynamiques et maîtrisables, fondés sur une éthique collective

Liens forts et liens faibles

  • Liens forts: l’affect entre les individus est prépondérant et la transmission d’information vers l’extérieur est faible => réseaux intégraux ou fermés

  • Liens faibles : les frontières du réseau sont peu marquées et chaque individu ne se sent pas tenu par un pacte exclusif (appartenance à plusieurs réseaux) => quasi-réseaux ouverts sur l’extérieur

Les réseaux ouverts sont caractérisés par :
 - La liberté d’engagement des individus
 - Une organisation souple et des moyens de communications efficaces
 - Le plaisir de partager et la valorisation du travail effectué (reconnaissance)

Groupe, communauté, réseau ?

Un groupe est structuré en fonction d'un objectif particulier :

  • Produire des choses pour le reste du monde 
--> Groupe de travail, tourné vers l'environnement extérieur

  • Assurer une identité au groupe
--> Communauté, tourné vers le groupe en tant que tel

  • Faciliter les relations entre les membres
--> Réseau, tourné vers les membres du groupe

Décomposition proposée par Jean-Michel Cornu et le groupe Intelligence Collective de la FING

En résumé, un réseau coopératif c'est :

 - Des personnes physiques, des organismes, des projets,...
 - partageant  un même domaine d’intérêt, de compétences, de valeurs, sur un même territoire...
 - et développant, ou susceptibles de développer entre eux, des relations de coopération de nature diverse.

 - Les réseaux coopératifs sont une réponse particulière à une problématique économique, sociale ou territoriale pré-existante
 - Ils n’émergent, ne se constituent et ne perdurent que sur un terrain favorable
 - Ce terrain peut-être fertilisé par un ensemble d’outils méthodologiques, technologiques et d’animation adaptés.

Définition proposée par Bruno Vincenti
Zoom sur : Réseau et « intelligence collective »

 - Intelligence collective : capacité d’un groupe à atteindre dans l’action une performance de niveau supérieure (JM Penalva)
 - Permet de valoriser les potentialités de chacun au bénéfice de tous
 - Rôle fondamentale de la libre communication entre les acteurs
 - Notions d’auto-organisation, entre « ordre et chaos » (R. Lewin)

Nous sommes plus « intelligents » à travailler ensemble qu’individuellement

Pas de réseau sans communauté, pas de communauté sans « COMMUNS »

    - C’est à dire des biens collectivement partagés
    - S’applique mal aux biens « rivaux », non partageables

Quels sont les « communs » que partagent les réseaux virtuels :

    - Des connaissances et des savoirs
    - Des pratiques et des expériences
    - Des données et des informations
    - Du plaisir et des passions

Les licences libres : rendre COMMUNES les créations intellectuelles
Pour aller plus loin : Accès au cours complet "Le fonctionnement en réseau" : http://outils-reseaux.org/ContenuReseau
QuEstCeQuUnReseauCooperatif (Fiches Concept), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 21:59.

Scoop it

Auteur de la fiche : Emilie Hullo, Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Scoop it est une plate-forme en ligne qui permet de centraliser les fruits de sa veille en créant des topics (pages thématiques) sur un sujet précis, dans lequel sont agrégés des liens vers des pages web, et de les partager. Les contenus se présentent sous la forme d'une revue de presse attractive publiée sur internet. Les utilisateurs peuvent s'abonner aux comptes d'autres usagers, suivre leur veille mais aussi « rescooper » l'information (comme ils la « retweeteraient » sur Twitter). 

Ce service est doté de nombreuses fonctionnalités qui offrent la possibilité de modifier l'ordre d'apparition des "articles" (c'est-à-dire des pages web citées) ainsi que les images, de créer un édito ou encore de commenter les pages.
bf_imagescoop_it.jpg
Site officiel : http://www.scoop.it
Famille d'outils : Outils de veille
Présentation :
Prise en main : Le site des enseignants documentalistes de l’Académie de Toulouse propose une série de 5 tutoriels pour apprendre à utiliser Scoop.it.
Pour aller plus loin : Scoop.it dans  (eb0660)
Avantages : Facile à utiliser et prêt à l'emploi, Scoop it est à la fois un très bon outil de veille et un service efficace pour agrandir son réseau autour de sujets précis. Très axé réseaux sociaux, il permet de partager facilement son contenu sur Twitter et Facebook. Il offre également la possibilité à l'utilisateur de suggérer des contenus à un autre usager. Il dispose également d'une fonction de classement par tags qui permet de retrouver facilement les informations publiées ainsi que d'un outil de statistiques.
Inconvénients : Scoop it manque d'un système pour catégoriser ses ressources et d'un sommaire.
La version gratuite est limitée : l'utilisateur ne peut créer que 5 topics avec son compte et un topic ne peut être alimenté par plusieurs curateurs. Dans cette version, il n'est donc pas optimisé pour la collaboration.
Licence : Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
ScoopIt (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Skype

Auteur de la fiche : SupAgro Florac
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Skype est un service gratuit de téléphonie par internet qui permet de discuter à deux ou à plusieurs (en ayant un compte Skype). Le service propose aussi un service de visioconférence, chat, partage de fichier et partage d'écran.
bf_imageskype.png
Famille d'outils : Communication synchrone
Pré-requis :
  • Se créer un compte Skype
  • Installer le logiciel
  • Avoir un micro et, en option, une webcam
Quelques applications :
  • Réunion téléphonique à plusieurs (que l'on peut coupler avec un Etherpad pour une prise de notes partagée)
  • Présenter et commenter un diaporama à distance grâce au partage du bureau
Pour aller plus loin :
Avantages :
  • Bonne qualité audio et vidéo
  • Outil complet : audio, vidéo, chat, transfert de fichier
  • Communications gratuites entre utilisateurs de Skype quelque soit la distance
  • Possibilité de réunion téléphonique jusqu'à 25 personnes (!)
Inconvénients :
  • Logiciel propriétaire (le traitement des données par Skype est obscure)
  • L'utilisation de Skype est interdite dans un certain nombre d'entreprise et d'administration
  • La configuration du micro et de la webcam est parfois problématique : faire des essais avant de se lancer dans une réunion Skype
  • Interface différente suivant les plateformes : Windows, Linux, Mac, rend plus difficile le dépannage à distance
  • Demande une installation et une petite appropriation de l'outil ce qui n'est pas le cas du téléphone !
Licence : Logiciel propriétaire, Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Facile
SkypE (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

SPIP

Auteur de la fiche : Mathilde Guiné, Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : "SPIP fait partie de ces sites sous CMS. Il s’agit ni plus ni moins que l’une des plus grandes réussites logicielles issues de la sphère francophone libre (avec par exemple la distribution Linux Mandriva mais là on sort de l’associatif pour entrer dans le monde de l’entreprise). C’est également une réussite coopérative car le projet est soutenu par une ample et active communauté qui lui assure réactivité, qualité et pérennité." (issue de la fiche Framasoft)
bf_imagespipeedd.jpg
Site officiel : http://www.spip.net/
Famille d'outils : Gestionnaire de contenus (CMS)
Présentation :
Pré-requis : Disposer d’un accès réseau, d'un logiciel serveur Web et d'un système de base de données (type  MySQL).
Quelques applications :  - http://www.spip.net/fr_article884.html : liste de sites en SPIP
 - http://www.monde-diplomatique.fr : à l'origine de SPIP, utilisation de mots-clés
 - http://recherche-en-danger.apinc.org/ : exemple de pétition (chercheurs)
Prise en main :
Avantages : Beaucoup de possibilités de personnalisation, de fonctionnalités, grosse communauté de développeurs, multilinguisme.
Inconvénients : Un peu difficile à configurer (le langage des boucles spécifiques aux squelettes SPIP est un peu difficiles à prendre en main), il y a beaucoup d'étapes avant la mise en ligne d'un article ce qui peut limiter la coopération.
Licence : Licence libre
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Facile
SpiP (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Thunderbird

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Ce module décrit l'installation, la configuration et l'utilisation d'un logiciel de messagerie, Thunderbird, pour organiser la communication (asynchrone) au sein d'un groupe de travail, d'une structure ou d'un réseau etc.

Après une description des compétences de base à acquérir pour installer et configurer ce logiciel, l'accent sera mis sur l'utilisation de liste de discussion, outil encore indispensable à la communication à distance dans un contexte coopératif.
bf_imagethunderbird.jpg
Famille d'outils : Bureautique en ligne
Présentation : Thunderbird est un logiciel libre et gratuit de courrier électronique, fonctionnant sous Windows, Mac OS X et Linux, pour :
Communiquer : envoyer et recevoir des messages électroniques.
Classer et trier son courrier
Eliminer automatiquement le courrier indésirable
et plein d'autres choses encore !
Facile à utiliser, personnalisable, complet et performant, libre et gratuit !
Pré-requis : Avoir un accès Internet et les codes administrateur de sa machine. 
Posséder une adresse mail.
Quelques applications : Créer une liste de diffusion avec Thunderbird :

Liste de discussion et liste de diffusion

Une liste de discussion ou liste de diffusion est une utilisation spécifique du courrier électronique qui permet le publipostage d'informations aux utilisateurs qui y sont inscrits. 

  -  Liste de discussion : liste d'échange, par courrier électronique, sur un sujet thématique, de n vers n.
        -  L'inscription à la liste peut être libre ou soumise à approbation ;
        -  L'inscription à la liste peut être libre ou soumise à approbation ;
        -  L'envoi de messages peut être ouvert à tous ou restreint aux abonnés ;
        -  La liste peut être modérée, certains messages n'étant relayés qu'après validation.
  -  Liste de diffusion : liste en lecture seule, par courrier électronique, de type lettre information, de un vers n.
        -  L'inscription à la liste peut être libre ou soumise à approbation ;
  -  Forum Web : liste de discussion "en ligne".

S'abonner ou se désabonner à une liste de diffusion ou de discussion

S'abonner
En remplissant un formulaire d'inscription en ligne :

En répondant à une invitation

En envoyant un message d'enregistrement au robot gérant la liste 
      -  stagiaires_outils-subscribe@outils-reseaux.org

Se désabonner
   - Souvent en cliquant sur un lien dans les messages de la liste
   - stagiaires_outils-unsubscribe@outils-reseaux.org

Écrire à une liste de discussion

    - Il suffit d'envoyer un message à nom-de-la-liste@domaine-de-la-liste.fr
    - Tous les inscrits à la liste reçoivent le message et peuvent y répondre.
    - Attention à qui on répond ! 
        - Réponse à tous
        - Réponse à l'expéditeur.

Créer une liste de diffusion à partir d'un carnet d'adresse

Dans Thunderbird, une liste de diffusion est un groupe d'adresses électroniques (provenant du carnet d'adresses) auxquelles on envoie, en une seule action, le même message.

Si vous envoyez souvent des messages aux mêmes destinataires, vous apprécierez la création et l'utilisation d'une liste de diffusion qui vous évitera d'écrire ou de sélectionner à chaque fois les adresses de chaque destinataire.

  - Cliquez sur le bouton Adresses de la barre d'outils.
  -  Dans la fenêtre intitulée Carnet d'adresses, cliquez sur le bouton Nouvelle liste
  - Pour remplir la liste de diffusion, il existe deux méthodes : soit on saisit successivement chacune des adresses, soit on fait un glisser-déposer de plusieurs adresses sélectionnées.
Prise en main : Installer Thunderbird sur :

Windows
Assurez-vous d'être sur un compte utilisateur ayant les droits d'administrateur, puis double-cliquez sur le fichier exécutable de Thunderbird nommé Thunderbird Setup 2.exe. Après quelques secondes, la fenêtre de bienvenue s'affiche.

Mac
Double-cliquez sur l'archive compressée (fichier Thunderbird 2.0.dmg). Une fenêtre contenant la licence s'affiche : cliquez sur le bouton Accept.

Importer du courrier d'un compte existant :

A l'issue de l'installation de Thunderbird, l'assistant d'importation apparait automatiquement pour vous permettre de récupérer des messages d'un précédent logiciel tel Outlook Express. 

Créer et configuration un compte :

En fonction des paramètres communiqués par votre service de gestion de mails.
Pour aller plus loin : http://www.framabook.org/thunderbird.html : Utilisez Thunderbird 2.0 ! de Georges Silva et Vincent Meunier

http://www.arobase.org/thunderbird/astuces.htm : tutoriel sur l'utilisation de thunderbird
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Il y a plus facile mais aussi plus compliqué
Installation : Facile
ThunderbirD (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Trucs et astuces pour démarrer un réseau coopératif

Auteur de la fiche : Outils-Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Les outils ne sont pas collaboratifs par nature, ils le deviennent lorsqu'ils sont utilisés à bon escient et dans un contexte favorable. 

Les "trucs et astuces" listés ci-dessous ne demandent pas de grandes compétences techniques ni un budget conséquent : une technique d'animation, l'usage d'un outil mis en place en 2 clics ou une posture appropriée de l'animateur de réseau peuvent faire bien plus que l'installation d'usines à gaz surdimensionnées, qui peuvent coûter très cher (au sens propre comme au sens figuré). 
bf_imagetrucsetastucespourdemarrer.png
Traits caractéristiques : Coopérateur humanum est

La coopération est une singularité de l'espèce humaine, notre moteur principal, outil de survie. Trois siècles de concurrence ne doivent pas faire oublier que nous sommes issus de plusieurs millénaires de coopération et de collaboration.

Trois chantiers

Notre époque devra relever trois défis en matière de coopération :
 - Apprendre à coopérer entre êtres humains : pays du sud / pays du nord, riches / pauvres, entre religions, hommes / femmes...
 - Faire en sorte que l'humanité coopère avec son environnement : moins de pollution, de nuisances, ...
 - Permettre à chaque individu de mieux coopérer avec lui-même : réconcilier humanité et animalité, côté féminin et masculin...
Retours d'expériences, témoignages, conseils :

Disjoindre l'apprentissage de la coopération...

...de son utilisation sur des sujets brulants !

Il est judicieux d'éviter les sujets polémiques pour s'initier à la coopération. Il vaut mieux tester méthodes et outils coopératifs sur de petits projets avec peu d'enjeux que sur des chantiers vitaux pour le réseau. 

Par exemple, la mise en commun de fiches pédagogiques pour un réseau d'éducation à l'environnement, alors que ce qui est vital pour les membres du réseau c'est de trouver des moyens de se financer. Quand les membres du réseau auront acquis un peu d'expérience en matière de pratiques coopératives et auront développé un vécu commun, un chantier sur la mutualisation des moyens pourra être envisagé.

Faire vivre de petites expériences irréversibles de coopération

Un grand voyage commence par de tous petits pas.

Même s'il semble que la coopération soit une composante majeure de l'animal humain, quelques siècles de "saine concurrence", de "il ne faut pas copier", de "pour exister, ne doit rien à personne"... handicapent les humains qui s'y frottent. Il convient donc de, petit à petit, ré-instiller la dimension coopérative. 

Tout changement est un processus de rupture qui demande un basculement dans les représentations, les idées, les méthodes des individus. 
Pour qu'un réseau se mette à coopérer, il faut provoquer ces ruptures, ces basculements qui sont souvent irréversibles : nous proposons pour cela de faire vivre de petites expériences irréversibles de coopération :

 - lever un menhir, 340 bonshommes qui tirent dans des sens différents mais pas trop fort : super comme expérience mais il faut avoir l'occasion.

 - prendre des notes à plusieurs en même temps et sur une même page (avec etherpad, google doc ou gobby : outils qui permettent de co-rédiger en ligne un texte), plus simple que lever un menhir mais bien efficace.

 - animer un débat en utilisant des cartes heuristiques (freeplane, freemind, Xmind...) vidéo-projetées en direct, technique qui permet de visualiser d'un coup d'il toutes les idées du groupe et on passe d'une logique linéaire à une navigation par idées qui peut s'adapter au public (on peut facilement ajouter de nouvelles idées).

  - faire faire et valoriser la rédaction de synthèse de listes de discussions (par exemple, au sein du réseau Tela Botanica, les membres du réseau discutent parfois sur les listes et forums de sujets très pointus. Celui qui a initié la discussion doit réaliser la synthèse. Il y a un classement des synthèses des listes de discussion suivant qu'il s'agit d'un simple copié-collé, ou d'une rédaction plus organisée).

  - mettre du contenu imparfait, à corriger : n'écoutant que leur bravoure pour défendre la pureté de la Langue, ceux qui hier encore freinaient des quatre fers à l'idée de participer sur un outil informatique passent la barrière technique et corrige les fautes ! (cette astuce est encore plus efficace quand la faute porte sur le nom d'une personne : au souci de l'orthographe irréprochable, s'ajoute l'aiguillon de l'ego...)

  - faire des jeux coopératifs : par exemple le jeu du Tao, ou jeux coopératifs en animation collective sur un site sur la non-violence.
  - ...

Commencer en présence


Lorsqu'on parle "réseau coopératif" on envisage une communauté qui n'est pas toujours sur le même espace-temps : il y a du travail à distance, des échanges synchrones et asynchrones. A l'inverse, rares sont les communautés virtuelles qui fonctionnent uniquement à distance : les regroupements, les rencontres sont des temps forts de la dynamique de réseau.

Lorsqu'on démarre un réseau, il est judicieux d'exploiter ce temps "en présence" pour tester et expérimenter des outils et méthodes qui pourront perdurer à distance : mettre en oeuvre en présence ce que l'on veut mettre en oeuvre à distance.
Ceci permettra de se familiariser, de se former et d'assurer une continuité entre présence et distance.

Par exemple, lors d'une rencontre d'un réseau, l'un des membres pose une question à l'assemblée. Tout le monde peut proposer une ou plusieurs réponses sur des petits papiers et en indiquant bien ses coordonnées. Les réponses sont synthétisées et rendues visibles à tous. Puis la personne qui a posé la question récupère les contacts des personnes ayant répondu et créée une liste de discussion pour continuer à échanger à distance.

Par exemple, on peut mettre en place des outils pour travailler à distance qui vont du coup soulever des questions sur les modes de fonctionnement en présence : les règles de prise de parole, de prise de décisions, car souvent ces éléments sont implicites. Dans un groupe, la rédaction des compte-rendus de réunion est souvent assumée par une personne. Si on met en place un outil de co-rédaction pour prendre des notes, du coup cela soulève des questions : tout le monde peut écrire ? qui valide ? On voit bien que ce n'est pas l'outil qui pose des problèmes, il soulève juste les questions.

Commencer par soi même

Charité bien ordonnée commence par soi-même. ou Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même.

Beaucoup de structures ont le projet de faire coopérer un groupe, un réseau. Mais avant toute chose, il faut commencer par pratiquer méthodes et outils coopératifs : il s'agit de s'appliquer en interne ce que l'on souhaite mettre en place en externe.

cf. la stratégie ITPTS, "Interactions Transformation Personnelle, Transformation Sociale" : ne pas opposer les volontés de changer le monde et le travail sur soi, les deux sont liés et doivent s'articuler.
 
Un constat : une structure qui ne coopère pas en son sein et n'utilise pas les outils qui vont avec peinera à faire coopérer autour d'elle.

Mais comment faire lorsqu'on est dans un contexte très figé, très contraint difficilement perméable à ce type de pratiques ? Il faut partir du plus petit lieu sur lequel on a prise pour coopérer, quelques collègues de confiance, un petit groupe de travail audacieux... On trouvera toujours deux ou trois personnes prêtes à jouer le jeu !

Commencer simple

Proposer des outils faciles à prendre en main par les utilisateurs

Lorsqu'on aborde l'utilisation d'outils informatiques, la première marche est la plus importante à passer. Si la première manipulation est simple, les contributeurs, rassurés auront envie de s'investir un peu plus et d'accepter qu'il y ait besoin d'un petit temps de formation ou de prise en main.

On peut même envisager de cacher des fonctionnalités dans un premier temps et attendre que le groupe grandisse en maturité avant d'ajouter des briques progressivement. Ou attendre que la demande soit exprimée et faire évoluer le dispositif technique en fonction des propositions du groupe.

Être pragmatique

Utiliser des outils facile à installer, configurer, sans compétence technique

Plutôt que d'attendre d'avoir les moyens nécessaires pour créer un dispositif sur-mesure, il vaut mieux commencer dès que la dynamique de réseau frémit à installer quelques outils clés en main, faciles à installer et à utiliser : bricoler en assemblant des outils peu onéreux mais qui permettent de commencer à proposer des démarches coopératives (google doc, netvibes...). 

Bien sûr c'est imparfait : il serait préférable d'avoir son propre dispositif tout en logiciel libre. Et certains seront peut-être hostiles à l'utilisation de services en ligne gratuits qui stockent vos données avec le risque d'une réutilisation à des fins commerciales. Certes, mais l'animateur de réseau se doit d'être pragmatique. Ces outils sont à utiliser en connaissance de cause et pour ce qu'ils sont : des services en ligne gratuits, et non des outils avec lesquels on peut-être autonome, cependant par leur simplicité d'emploi ils peuvent servir à faire émerger la dynamique coopérative.

On attendra de voir de vrais usages se mettre en place avant de passer à du développement spécifique si nécessaire.

Piloter à l'usage

Piloter en attention plutôt qu'en intention :

 - gérer un projet "en intention" : le coordonnateur prévoit dès le début les objectifs, le déroulement du projet, le calendrier, le budget... < c'est la méthodologie de projet traditionnelle >
 - gérer un projet "en attention" : l'animateur crée des situations coopératives (faire se rencontrer les personnes, faire en sorte qu'elles se présentent, qu'elles puissent échanger...), être ensuite à l'affut et réactif (proposer des supports pour que ce qui a émergé de la situation coopérative puisse déboucher sur des projets, des actions, du travail coopératif...) < méthodologie de projet coopératif >

L'animateur doit donc s'astreindre à se taire, à mettre ses idées de côté et plutôt privilégier une attitude d'écoute et d'observation.

Par ailleurs, il doit mettre en place les conditions favorables pour faire émerger des besoins collectifs : par exemple un questionnaire dont les résultats sont partagés collectivement. Google formulaire est parfait pour ça car il permet de traiter statistiquement les réponses et de créer des graphiques. Donner à tous en temps réel les résultats permet à l'animateur de ne pas garder le monopole de la vision globale : le groupe est rendu visible au groupe. 
Pour aller plus loin : Suite du cours.
TrucsEtAstucesPourDemarrerUnReseauCooper (Fiches Méthode), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:59, mise à jour le 15.04.2015 à 22:02.

Twitter

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Twitter signifie "Gazouiller" d'où le petit oiseau bleu en logo. Créé en 2006; Twitter est une plateforme de microblogging : l'équivalent de SMS mais sur Internet. Il est possible d’envoyer et de recevoir des tweets, d’une longueur maximale de 140 caractères.
bf_imagetwitter.png
Site officiel : http://twitter.com/
Famille d'outils : Blogs
Présentation :
Pré-requis : Avoir un compte Twitter
Quelques applications :
  • Communiquer sur les activités de son réseau
  • Faire sa veille avec Twitter
Prise en main :
Avantages :
  • Un effet de propagation très rapide et exponentiel. Avec le système "follower/following" : création d'un réseau social mais plus souple que Facebook.
Inconvénients :
  • 140 caractères c'est peu : on ne va pas en profondeur.
  • graphie et codes spécifiques à Twitter qui peuvent rebuter le débutant : Twitter est moins grand public que Facebook
Licence : Logiciel propriétaire, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
TwitteR (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Wordpress

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : WordPress est un système de gestion de contenu (CMS) opensource qui permet de créer et gérer un site web ou un blog.
bf_imagewordpress-logo-simple.png
Site officiel : http://www.wordpress-fr.net
Famille d'outils : Blogs
Présentation :
Pré-requis : Bonne connaissance de l’environnement Windows ou Mac.
Quelques applications : Tester Wordpress
Espace de testEspace d'administration
(login : admin ; mot de passe : mot2passe )
Prise en main :
Avantages :  - dispose d'une énorme communauté, à travers le monde entier, très active
 - beaucoup d'extensions et thèmes disponibles
 - CMS très flexible et maniable
- respecte les standards du web
Inconvénients :  - beaucoup de fichiers
 - peut trop solliciter le serveur sur lequel il est installé
 - interface d'administration complexe
Licence : Licence libre
Utilisation : Facile
Installation : Facile
WordpresS (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

YesWiki

Auteur de la fiche : Outils Réseaux
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : YesWiki est un moteur de wiki libre, modulaire, sous licence GPL qui permet de créer et de gérer un site Internet ou intranet.

YesWiki est particulièrement destiné aux groupes souhaitant se doter d'un outil pour coopérer via Internet.
bf_imageyeswiki.jpg
Site officiel : http://yeswiki.net
Famille d'outils : Wikis
Présentation : Tout comme son papa Wikini, sur lequel il s'appuie, YesWiki permet, avec n'importe quel navigateur web :

  • de créer, supprimer, modifier, commenter des pages du site, quel que soit le nombre d'éditeurs et de pages.
  • de gérer les droits d'accès aux différentes pages (lire, écrire, commenter), par utilisateur ou par groupe d'utilisateur.
  • d'élaborer la mise en page des contenus de manière intuitive et très visuelle, sans aucune connaissance informatique.
  • de publier instantanément toute création ou modification de page.
  • d'analyser, de gérer l'ensemble du site à partir de fonctions simples : plan du site, listes des utilisateurs, listes des dernières pages modifiées, etc.

YesWiki c'est aussi :

  • des modèles de présentation, adaptable à chaque site.
  • la généralisation du principe Wiki à l'ensemble du site : modification du titre, bandeau, menus, pied de page etc. par un simple double-clic.
  • un antispam souple.
  • la possibilité d'adjoindre à une page tout fichier bureautique ou multimédia avec affichage ou lecture du contenu pour les images, sons, vidéo, carte mentales.
  • un gestionnaire d'extensions permettant d'ajouter des nouvelles fonctionnalités telle que gestionnaire de base de données, mots-clef, microblog, veille partagée etc.

YesWiki s'installe sur un serveur Web supportant PHP 5 et plus et une base de données MySQL. Une fois installé, le site est directement opérationnel et tout est géré en ligne avec n'importe quel navigateur web.
Pré-requis :
  • avoir un hébergement internet PHP / MYSQL
Quelques applications :
  • ça sert à se poser des questions existentielles !
  • ça sert à faire facilement un site internet potentiellement collaboratif
  • ça sert à avoir la main sur son site
  • ça sert à questionner la question du pouvoir
  • ça sert à faire des intranets
  • ça sert à écrire des bouquins à plusieurs
  • ça sert à monter des projets à plusieurs
  • et ça sert à montrer que les projets à plusieurs sont réalisables et efficaces
  • ça sert à démystifier internet
  • ça sert à faire des bases de données encore mieux que Google formulaire
  • ça sert à repérer les personnes qui souhaitent vraiment coopérer, (les autres disent que n'importe qui va changer leur nom)
  • ça sert à repérer les informaticiens qui voient dans la coopération des failles de sécurité
  • ça sert à enlever le mot de passe pour pouvoir agir
  • ça sert à montrer que wiki peut aussi rimer avec joli
  • ça sert à monter en puissance dans ses compétences pour toute l'équipe
Prise en main : http://yeswiki.net/wakka.php?wiki=CoursUtilisationYesWiki : cours sur l'utilisation de yeswiki

http://yeswiki.net/wakka.php?wiki=AidE/download&file=aide.pdf : mémento à télécharger (format PDF)
Pour aller plus loin : Documentation "mains dans le cambouis" pour installer, configurer, personnaliser
Avantages :
  • très facile pour passer à l'acte d'écrire
  • modulable (extensions bases de données, qrcodes, etc...)
  • les nouvelles fonctionnalités offertes par les extensions offrent de multiples possibilités coopératives.
  • menus facilement éditables
Inconvénients :
  • il faut connaitre une syntaxe wiki spécifique
  • les extensions "tools" ajoutent aussi de la complexité : il faut veiller à ne les ajouter que lorsque le groupe est suffisamment mature.
  • petite communauté de développeur
Licence : Licence libre, Gratuit
Utilisation : Facile
Installation : Facile
YeswikI (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.

Zeemaps

Auteur de la fiche : Emilie Bonnet, Tela Botanica
Licence de la fiche : CC-BY-SA
En introduction : Zeemaps est un service en ligne qui permet de créer simplement une cartographie.
bf_imagezeem.gif
Site officiel : http://www.zeemaps.com/
Présentation : Facile d’utilisation, gratuit et collaboratif, Zeemaps peut être utile pour repérer des participants, créer des annuaires... les possibilités sont nombreuses. Seul inconvénient : on n’est pas sûr de la pérennité du service. Voici les clés pour créer facilement une carte pour vos activités.
Pré-requis : - Disposer d'une adresse mail.
- Comprendre l'anglais (service entièrement dans cette langue). 
Prise en main : 1. Rendez-vous sur zeemaps : www.zeemaps.com

2. Cliquez sur "create a map" : une boite de dialogue s’affiche

3. Remplir le formulaire 
  Map Name : rentrer le nom de votre carte (n’hésitez pas à faire des tests) 
  Map type : laisser "general" et surtout cochez "wiki map", si vous souhaitez avoir plusieurs collaborateurs à la carte. 
  Admin password : entrer le mot de passe de votre carte, un mot de passe simple et que vous communiquerez à l’ensemble des participants (afin qu’ils puissent eux-mêmes modifier les erreurs qu’ils souhaitent corriger). Sinon ce sera à vous de repasser à chaque fois derrière pour vérifier si le nouveau point est correct. 
  Starting location : rentrer la ville de départ que vous souhaitez selon votre région. 
  Cliquez sur "create a map" pour valider le formulaire

4. Une carte apparaît sur la ville que vous avez choisie

5. Vous remarquez en haut de cette carte en bleu, une barre avec plusieurs menus : "Map", "View", "Additions".... Ces menus nous serons très utiles pour personnaliser la carte.

6. Pour créer un marqueur
  Ds le menu "Additions", cliquez sur "Add marker - Detailed" : un formulaire apparaît où vous pouvez rentrer des informations sur le point que vous souhaitez mettre. 
  Une fois le formulaire rempli, cliquez sur "submit" pour enregistrer, puis "close". 
  Parfois le formulaire demande de préciser le lieu, dans ce cas, cliquez sur la proposition qui est faites et cliquez de nouveau sur "submit", puis "close". 
Le point que vous venez de créer doit maintenant apparaître sur la carte. 
Vous pouvez maintenant renouveler l’opération pour ajouter autant de marqueurs que vous voulez.

7. Afficher la liste des points à rajouter
Pour cela, allez ds le menu "view" et cliquez sur "list".

8. Modifier ou supprimer un marqueur 
Si vous êtes la personne qui a rempli le formulaire du marqueur, vous pouvez vous rendre directement sur son formulaire en cliquant sur le titre de l’organisme qui apparaît en bleu. Vous pouvez ainsi modifier. N’oubliez pas de cliquer sur "submit" pour enregistrer votre modification.

Si vous n’êtes pas l’auteur du point, vous avez tout de même la possibilité de modifier ou de supprimer ce point si vous constatez une erreur, mais pour cela la carte doit être "débloquer". En effet, vous remarquerez ici que lorsque vous cliquez sur ce point, le titre n’apparaît plus en bleu mais en rouge. 
   Pour débloquer la carte : cliquez sur le bouton en haut à droite "Unlock". Une boite de dialogue s’affiche ou vous devez renter le mot de passe. Rentrez le mot de passe et cliquez de nouveau sur "Unlock". 
Pour savoir si la carte est bien débloquée, un bouton "Re-lock" doit s’afficher à la place de "unlock". Si vous cliquez sur "Re-lock" la carte sera de nouveau sécurisée. 
Une fois la carte "débloquée" vous pouvez ainsi faire toute les modifications que vous désirez, l’ensemble des points affichent maintenant leur titre en bleu.

9. Afficher la carte sur un espace de test pour que d’autres personnes puissent la compléter : 
Tela Botanica dispose de pages wikini qui permettent d’afficher les cartes pour tester : rendez-vous sur la page de test

10. Pour publiez votre carte
Dans le menu "Print or share", cliquez sur "publish", une boite de dialogue apparaît. Cette boite de dialogue va vous permettre de personnaliser votre affichage. 
Vous pouvez cochez les case suivantes : 
  "with list" : afin que la liste des organismes répertoriés s’affiche automatiquement. 
  "include Advanced research" : ceci permettra si vous avez beaucoup de points d’en rechercher un en particulier dans un moteur de recherche pour éviter de lire toute la liste (ce qui peut être long au bout d’un certain nombre de points répertoriés). 
  "allow additions", "detailed", afin que d’autres personnes puissent rajouter leurs organismes dans un formulaire détaillé 
  "open default marker" si vous souhaitez que le même point s’ouvre automatiquement lors de l’ouverture de carte (celui-ci doit être au préalable sélectionné).

Une fois ceci fait, vous devez copiez le code situé dan le cadre et le coller dans votre site internet.

Important : pour s’afficher dans un wikini, vous devez rajouter des guillemets, comme ceci : "+"+code+"+" (les + ne sont pas à écrire !)

Important 2 : n’oubliez pas également de copiez-coller le lien de votre carte quelque part (il permet de visualiser la carte en grand, directement sur le site zeemaps. Vous le trouverez dans "print or share" et "link".
Avantages : -  Très simple d'utilisation et prêt à l'emploi.
- Les données recueillies peuvent être exporter sous forme de base de données en .csv. 
Pour cela, dans le menu "Map", cliquez sur "Save as CSV" (la carte doit être au préalable débloquée). 
Une boite de dialogue s’affiche "Import de texte". Choisissez comme séparateur la "virgule". Puis cliquez sur "ok". Votre feuille excel s’ouvre. 
- De même, il existe une fonction import si vous disposez déjà d’une base de donnée sous forme excel (le format .scv est demandé) que vous souhaitez rendre visible sur une carte.
Inconvénients : - C'est un service en ligne : on n'est pas sûr de la pérennité du service.
- Service entièrement en anglais.
Licence : Freemium
Utilisation : Facile
Installation : Ne s'installe pas
ZeemapS (Fiches Outils), écrite par WikiAdmin
créée le 15.04.2015 à 21:57, mise à jour le 15.04.2015 à 21:57.
Familles Outils
Licence
Prise en main
Installation